Vous êtes ici

La liaison Perpignan-Canet abandonnée ?

Monsieur Le Président,

Nous avons récemment (fév. 2005) proposé la création d'un itinéraire cyclable entre Perpignan et Canet-en-Roussillon. Ce projet, que nous vous avions fait parvenir, avait à l'époque été approuvé par toutes les collectivités concernées (Mairie de Canet, Conseil Général, Communauté d'Agglomérations, Mairie de Perpignan,...). Il récolte d'autre part une adhésion totale de la population, sur le principe d'une agglomération cyclable tout d'abord, et sur la pertinence de l'itinéraire que nous proposons. Vous-même avez ajouté un mot manuscrit à votre réponse argumentée, pour témoigner de votre motivation à faire aboutir le projet.

Nous apprenons aujourd'hui que l'avancée du projet est gelée. Il existe un acteur institutionnel (le S.I.A. : Syndicat Intercommunal d'Assainissement de la Llobère ) qui assure la gestion du canal que la piste cyclable devait longer. Mais ce syndicat ne posséderait pas les terrains sur lesquels sa mission d'entretien de l'ouvrage l'amène à passer. La tâche de négociation des servitudes de passage, ou d'acquisition des dits terrains serait par conséquent rendue plus complexe par le nombre important de propriétaires intervenant dans l'affaire.

Nous ne pouvons nous résoudre à ce qu'un projet qui fait ainsi l'unanimité, qui permet de promouvoir des modes de transport non polluants, des activités de loisirs, et qui ajoute à l'attrait touristique de notre région soit abandonné pour cela. Il nous semble que lorsque l'intérêt général est en jeu, que l'utilité pour l'ensemble de la collectivité est démontrée, la force publique se dote des moyens lui permettant de faciliter la réalisation d'un ouvrage. Nous vous demandons par conséquent de provoquer une enquête d'utilité publique pour la création de cet itinéraire cyclable, afin d'obtenir une déclaration d'utilité publique de l'état, ce qui mettrait la collectivité en position de simplifier les négociations avec les propriétaires évoqués plus haut.

Nous sommes persuadés qu'une telle démarche permettrait d'aboutir, et qu'un renoncement signifierait un abandon. Confiant dans votre souci de respecter les engagements du PDU sur la réduction du trafic automobile et la promotion des modes de transports doux, nous vous assurerons de notre soutien dans cette voie, et nous vous prions de recevoir, Monsieur le Président, nos citoyennes et très cordiales salutations.

P.S.: 

Lors d'une entrevue avec la mairie de Perpignan en avril 2006, nous avions pu évoquer les autres itinéraires possibles ( voir ici, le § 3.1), et il apparaît toujours évident à nos yeux que celui du correc de Lloberes est le plus efficace.

Poids: 
0