Vous êtes ici

Les accidents de vélo dans les PO

Rubrique: 

La dangerosité de la pratique de la bicyclette est souvent l'argument, notamment en ville, qui nous est opposé lorsqu'on essaye de convaincre un habitant de Perpignan, une mère de famille ou un collègue de travail. Il est démontré de longue date que la qualité des équipements cyclables et que la densité en vélos sont les éléments clefs de la sécurité du cycliste.

Loin de vouloir nier ce problème du danger, voici grâce aux documents du conseil général une analyse objective de l'accidentologie des cyclistes dans les PO.

Pour aborder le thème de la sécurité des déplacements à vélo, le conseil général dans son document « schéma cyclable départemental des PO, diagnostic » de juillet 2005 s'est basé sur les accidents vélo relevés par les services de la Gendarmerie et de la

Police et compilés dans le fichier du Bulletin d'Analyse d'Accidents Corporels de la

Circulation (BAAC). Il a considéré la période 1998 à 2002 pour une analyse

à l'échelle départementale. Le fichier BACC ne relève habituellement que les accidents

ayant conduit à des interventions médicales d'urgence, expliquant le très faible nombre de personnes sorties indemnes de leur accident.

Voici les résultats de cette enquête dont on peut retenir plusieurs chiffres inquiétants :

  • le nombre d'accident n'a pas tendance à diminuer sur ces 5 années (alors que sur le plan nationnal les tués sur les routes ont diminués)
  • 5% des tués sur la route dans les PO sont des cyclistes, on aimerait que le budget alloué à leur sécurité soit au moins égal à ce chiffre !
  • La zone périphérique de Perpignan est vecteur de nombreux accidents, sur les voiries d'entrée et sortie de ville, et notamment sur l'axe de la RN9. La RD81 est anormalement très accidentogène. Certes, le littoral concentre une pratique importante mais les vitesses des véhicules y sont très élevées. Les bandes multifonctionnelles ne permettent pas de garantir une sécurité suffisante.
  • Près de la moitié des accidents se sont produits sur route départementale (RD) Les voiries communales sont également très concernées.
  • La responsabilité présumée de l'accident est très rarement le fait du cycliste. En effet, dans près de 94% des cas, ils sont jugés non responsables, la responsabilité incombant à un autre véhicule impliqué dans l'accident.
  • Dans la grande majorité des cas, ce sont des fautes d'attention qui semblent expliquer les causes d'accident du cycliste.
  • Peu d'accidents très matinaux ou nocturnes sont à constater, relativisant les problèmes liés au manque d'éclairage des cyclistes.
  • Dans plus de 3 cas sur 4, c'est une voiture particulière qui est rentrée en collision avec le cycliste. Les accidents de cyclistes seuls arrivent en seconde position. Les percussions du cyclistes par l'arrière ou sur le côté sont tout à fait dominantes, impliquant généralement de vitesses VL excessives ou des distances de dépassement trop étroites.
  • 6 accidents au total ont lieu sur des voies réservées aux vélos (pistes cyclables,voies réservées ou bandes).
  • Dans près de 9 cas sur 10, l'accident a lieu sur une section de route « normale »,hors aménagement spécifique. 9 accidents se sont produits en carrefour
  • Dans 85% des cas, l'accident est arrivé sur du plat. Et à près de 80% en ligne droite.Dans la grande majorité des cas, c'est une voirie classique à 2 voies, ce sont donc essentiellement les sections courantes qui posent problème.