Vous êtes ici

Octobre 2020

Avenue Albert Camus : encore un aménagement illégal et absurde !

Après les désastreux aménagements du bd Briand, de l'av. Torcatis ou encore de l'av. Joffre (pour n'en citer que quelques uns), voici le retour des cheminements sans queue ni tête qui font passer les cyclistes sur le trottoir au détriment de ses usagers légitimes (piéton, poussette, fauteuil, trottinette), puis traverser des routes sur les passages piétons, plaçant encore une fois le vélocipédiste dans l'illégalité.

Rubrique: 

Extension du parc Sant Vicens : suppression de la piste cyclable sécurisée et arborée de l'av. Mermoz

Créer ou agrandir les espaces verts perpignanais est une bonne idée mais pourquoi donc sacrifier une piste cyclable stratégique (dessert le Mas Guérido et Cabestany), sécurisée (séparation physique avec la circulation automobile) et arborée (haie de lauriers) ?
À la place, un parking d'une trentaine de places (qui n'existait pas avant) et plus de piste cyclable !

 suppression d’une piste cyclable bi-directionnelle.

Rubrique: 

Projet de voie verte controversé entre Saint-Cyprien et Bages

Malgré les choix touristiques du tracé en zone humide, l'agulla de la mar n'en reste pas moins un axe structurant dans le schéma cyclable départemental, à la condition de son raccordement à des itinéraires cyclables correspondants aux flux quotidiens domicile-travail.
Il illustre le manque de concertation entre décideurs institutionnels et associations.

Un panneau bleu fait il une autoroute ?

En obligeant l’aménagement d’itinéraires cyclables à l’occasion des réalisations ou rénovation de voies, la loi dite LAURE (article 20 de la loi n° 96-1236 sur l’air et l’utilisation rationnelle de l’énergie) a enfin permis la prise en compte de ce moyen de déplacement dans les aménagements urbain et routier.
Cependant, même si ces textes sont la plupart du temps appliqués, qu’en est il des équipements cyclables proposés. La loi LOM et la loi LAURE ne permettent pas de contourner le code de la route et ses définitions.
Viendrait il à l’esprit d’un bureau d’étude ou d’une municipalité d’implanter une signalisation autoroutière sur une voie communale et cette signalétique serait elle suffisante pour transformer un chemin de vigne en Autoroute ?

Rubrique: