Vous êtes ici

Que veut faire "Vélo En Têt" ?

L'association "Vélo En Têt" milite pour un urbanisme intelligent et humain dans notre ville. Depuis 2001 notre cheval de bataille est le développement des équipements cyclables à Perpignan et la promotion de la bicyclette comme moyen de transport urbain.

Qui aujourd'hui contesterait au vélo sa position de moyen de déplacement le plus efficace en ville ? A part la marche à pied, le vélo est le moyen de déplacement le plus rapide sur les courts trajets, le moins bruyant, le moins encombrant, le moins polluant et ... le moins cher. A tous points de vue, santé, qualité de l'air, sécurité routière, vie du centre ville et des quartiers, le vélo est le bon choix. Des dizaines de villes françaises et européennes l'ont compris depuis longtemps.

Pour certains, le vélo ne conviendrait pas à la culture du sud et pourtant de vieilles villes italiennes (Ferrare, Lucca, Florence) ou espagnole (Donastia-Saint Sebastian) ont su préserver leur patrimoine de la pression automobile en favorisant la bicyclette et les piétons. A Perpignan, les bandes cyclables sont discontinues, sales, dangereuses et utilisées comme parking en double file par les voitures. Elles ne permettent pas de relier le centre-ville aux autres quartiers. Il n'y a pas de parking à vélo auprès des grands équipements : gare, Parc des sports, écoles, marchés, université, commerces, administrations ... Qui oserait s'y rendre à vélo ? Qui envoie son enfant au collège à vélo ?

"Perpignan, Ville Cyclable."

Voila un slogan qui changerait le visage de "La Catalane", et attirerait les touristes si courtisés chez nous. Si les Perpignanais pouvaient faire du vélo, on entendrait bientôt "Roussillon cyclable", et pourquoi pas "les PO à vélo". La métropole du Roussillon ne doit-elle pas montrer l'exemple, et être à l'initiative de ce mouvement ?

Or, aujourd'hui, quel budget par habitant est consacré aux équipements cyclables ? Les artères du centre ville ont été entièrement rénovées, des parkings souterrains ont été construits, des voies sur berges ouvertes, sans qu'aucune voie cyclable n'y soit aménagée. Et pourtant les solutions techniques existent et ont été testées et adoptées par des villes comme la notre. Il nous suffit de ne reprendre que leurs bonnes idées, c'est l'avantage de ceux qui sont en retard !

Combien de temps, Perpignan, et la communauté d'agglomérations "Perpignan-Méditerrannée", attendront-elles avant de considérer que la ville, plutôt que d'être un immense circuit de voitures, devrait être un lieu agréable, tranquille, où l'inquiétude et le bruit cédent la place au plaisir du déplacement en ville. Faudra-t-il plus de gaz d'échappement, plus d'accidents, plus de bouchons, pour qu'on considére que sous le soleil catalan, un vélo est le signe d'un urbanisme intelligent et à visage humain ?

"Vélo En Têt" veut agir sur deux axes.

Primo, informer et convaincre les habitants et les techniciens des collectivités de la faisabilité d'un réseau cyclables, et de son intérêt. C'est à dire :

  • participer au réunion de concertation de la communauté d'agglo. et de la ville.
  • présenter et défendre un argumentaires universellement reconnu, y compris par la loi, sur l'intérêt du vélo comme moyen de déplacement urbain.

Quels sont les grands chapitres de cet argumentaire ?

  • pollution, bruit, qualité de l'air,diminution du trafic auto,
  • santé, qualité de la vie,
  • efficacité, rapidité, sécurité,
  • jeunesse, accessibilité du centre, aspect économique et social,
  • parents-taxi,
  • coût pour la collectivité
  • tourisme

Cet argumentaire est très bien développé sur de nombreux sites, dont celui de la Fubicy, la Fédération des Usagers de la Bicyclette

  • démonter les arguments habituellement opposés au vélo urbain (météo, fatigue, transpiration, salissures, vol des vélos, danger, courses, etc...)
  • avancer que les solutions techniques existent et sont mises à disposition de tous par le CERTU, les villes cyclables ( Strasbourg, Rennes,...), des associations, des villes étrangères.

Secundo , faire pression sur les élus pour qu'il donnent les moyens au cadres des collectivités de développer de vrais réseaux cyclables. Par quels moyens ?

  • des tracts,
  • des concentrations de vélo en centre ville,
  • parution d'articles ou de courrier dans la presse locale.
P.S.: 
# Bureau Le bureau est composé de : * Caroline FORGUES, présidente * Sandrine POLTEAU, secrétaire * Jean-Marie GORIEU, trésorier